Viking Funerals How did the Vikings Honor their Dead
Histoire

Funérailles vikings : Comment les Vikings honoraient-ils leurs morts ?

Temps de lecture : 7 minutes.

Pour les Vikings, la mort occupait une place importante dans leur vie. Un peuple de guerriers, la mort sur le champ de bataille était courante et considérée comme une fin honorable, voire souhaitable.

Les vikings vivaient avant l’époque de la médecine moderne, les maladies pouvaient être endémiques et les petits accidents pouvaient être mortels. La mort était également synonyme de changements importants dans la vie des vivants, puisque les biens étaient hérités et qu’il y aurait de nouveaux successeurs au pouvoir.

Alors, comment les Vikings traitaient-ils exactement leurs morts et en quoi consistaient les funérailles vikings ? Est-il possible aujourd’hui d’organiser des funérailles vikings traditionnelles ?

La vie après la mort

Pour comprendre comment les Vikings traitaient leurs défunts, il est important de comprendre ce que les Vikings pensaient de ce qui arrivait à une personne quand elle est décédée.

Si les récits et les vestiges archéologiques suggèrent que les croyances variaient entre les différents peuples vikings, une croyance résidait comme quoi la mort n’était pas une finalité. En général, les Vikings croyaient que les âmes des morts passaient dans un autre monde, dont plusieurs sont décrits dans les mythes vikings.

La vie après la mort

Le plus célèbre domaine des morts viking était le Valhalla. Il s’agissait d’une grande salle à Asgard, le royaume des dieux Ases, dirigé par Odin, roi des dieux Ases, dieu de la guerre et de la sagesse. Avec l’aide des Valkyries, Odin choisissait les héros tombés sur le champ de bataille pour vivre au Valhalla. Là, les héros morts festoyaient et se battaient jusqu’à l’arrivée du Ragnarok, la fin du monde, où ils combattaient aux côtés d’Odin et des dieux d’Asgard.

Représentation de Valknut - symbole du Valhalla de la boutique V.K.N.G
Représentation de Valknut – symbole du Valhalla de la boutique V.K.N.G

Les guerriers pouvaient également se retrouver à Folkvangr, le champ des peuples ou le champ des guerriers, qui appartenait à la déesse Freya. Selon l’Edda poétique, la moitié des guerriers qui tombaient sur le champ de bataille allaient au Valhalla, et l’autre moitié à Folkvangr. Ceux qui mouraient en mer étaient parfois emmenés dans la demeure sous-marine de la géante Ran.

On pensait également que les morts se retrouvaient à Helgafjell, la montagne sacrée. Celle-ci était parfois décrite comme un lieu spécifique, mais parfois aussi considérée comme de simples montagnes. Là, les morts menaient une vie très semblable à celle des vivants tout en retrouvant leurs familles et leurs proches.

Folkvangr

Les Vikings pouvaient également se retrouver à Helheim, un monde souterrain dirigé par la déesse Hel. Helheim était séparé du monde des vivants par une rivière ardente qui maintient la séparation entre les vivants et les morts. Les portes du royaume sont lourdes, et une fois qu’elles ont été franchies, les âmes ne peuvent plus revenir en arrière. Helheim ne doit pas être confondu avec les idées chrétiennes de l’enfer, il s’agissait d’une vie après la mort pour tous ceux qui ne mouraient pas au combat.

Néanmoins, les sagas racontent que des guerriers se coupaient avec des lames avant de mourir afin de tromper Hel en lui faisant croire qu’ils étaient morts au combat. Au sein de Helheim se trouvait un endroit spécial, appelé Nastrond, qui était un royaume de ténèbres et d’horreur pour les méchants.

Les droits funéraires des Vikings

Lorsqu’il s’agissait d’honorer et d’enterrer les morts, les pratiques funéraires vikings les plus courantes étaient la crémation et l’inhumation. La crémation était la pratique funéraire viking la plus courante à une ancienne époque, mais les enterrements ont gagné en popularité sous l’influence christianisme. Cependant, les inhumations ont toujours fait partie des traditions funéraires vikings, et étaient particulièrement courantes dans le sud du Jutland.

Les droits funéraires des Vikings

La crémation, souvent sur un bûcher funéraire, était une cérémonie populaire car on pensait que la fumée du feu aiderait à transporter le défunt dans l’au-delà. Certains chercheurs modernes pensent que des plantes et des bois spéciaux étaient ajoutés au bûcher funéraire afin de produire une fumée et une odeur particulières.

Après avoir été brûlés, les restes incinérés du défunt étaient ensuite enterrés, généralement dans une urne.


L’enterrement des restes incinérés et des corps variait considérablement. Certains ont été retrouvés dans des tombes creusées à faible profondeur, tandis que d’autres étaient enterrés dans des tumulus élaborés pouvant contenir plusieurs corps. Les communautés vikings disposaient également de champs funéraires, qui font rappel aux cimetières modernes.

Les monuments funéraires qui marquaient le site d’un enterrement avaient pour but d’honorer les morts et de permettre à leurs descendants vivants de renforcer leur position sociale en fonction de leurs ancêtres. Par exemple, à Jelling, au Danemark, Harald Bluetooth a créé un mémorial royal élaboré pour ses grands-parents et pour s’honorer lui-même.

un mémorial royal élaboré

Ce qui se passait exactement lors des funérailles vikings qui accompagnaient cette crémation ou cet enterrement variait considérablement et dépendait des coutumes locales. Une chose qui est certaine, c’est que de grandes quantités de boissons alcoolisées étaient consommées. Selon le récit du voyageur arabe Ahmad ibn Fadlan, lorsqu’un chef meurt, un tiers de sa fortune était hérité, un tiers servait à fournir des vêtements et des biens pour sa tombe, et un tiers était dépensé en alcool pour ses funérailles.

Il semble que ce n’est qu’après les funérailles vikings, et la consommation de l’ale funéraire, que les héritiers pouvaient reprendre leur héritage ou devenir le nouveau maître d’une propriété. Ainsi, les funérailles vikings n’envoyaient pas seulement les morts dans l’au-delà, mais étaient aussi l’occasion de réorganiser la hiérarchie sociale des vivants.

L’importance de ce double rôle est démontrée par les monuments funéraires qui enregistrent également les héritages. Par exemple, la pierre runique Tune d’Ostfold, datant du Vème siècle, mentionne à la fois l’ale funéraire en l’honneur du maître défunt et déclare ses trois filles comme ses héritières légitimes.

Selon certains récits, la consommation de l’ale funéraire avait lieu sept jours après le décès de la personne. Il se peut que la personne ait été enterrée temporairement pendant cette période de sept jours, puis enterrée dans son lieu de repos éternel dans le cadre des rites funéraires.

L’enterrement en bateau

La culture populaire voudrait nous faire croire qu’il était courant pour les Vikings d’être enterrés dans leurs magnifiques drakkars, souvent brûlés et dirigés vers le soleil couchant. Si les drakkars sont présents dans certaines sépultures vikings, ils coûtent cher et sont donc un luxe réservé aux riches. Il était également peu probable qu’ils soient envoyés en mer, car ils ne brûlaient pas suffisamment pour s’incinérer complètement, ce qui se traduisait simplement par des morceaux de navire et de corps brûlés échouant sur le rivage.

L'enterrement en bateau

Les riches ont peut-être construit leurs bûchers funéraires dans des drakkars ou créé des bûchers qui ressemblaient aux navires, mais il était plus courant pour les riches d’être enterrés dans leur navire, avec tout son contenu intact. Si ce rituel n’était accessible qu’aux riches, il n’était pas réservé qu’aux hommes.

Le plus célèbre enterrement de navire connu, celui d’Oseberg, était celui d’une femme, probablement une reine ou une prêtresse. Datant d’environ 830 après J.-C., le bateau mesurait 70 pieds de long, près de 17 pieds de large, avait 5 rames de chaque côté et un mât en pin de plus de 30 pieds de haut.

On pensait probablement que les bateaux offraient un passage sûr vers l’au-delà. Le bateau était si important que les Vikings faisaient parfois des enterrements dans des pierres conçues pour ressembler à des bateaux. Il existe également des exemples de Vikings enterrés avec des chariots ou des chevaux, qui étaient probablement censés servir de moyen de transport dans l’au-delà.

Représentation de navires de la boutique V.K.N.G
Représentation de navires de la boutique V.K.N.G

Sacrifice

Une autre coutume réservée aux personnes riches et importantes consistait à marquer la mort par un sacrifice humain. Il existe des exemples de serviteurs et d’esclaves sacrifiés et enterrés aux côtés de leur maître afin de continuer à le servir dans l’autre monde.

Un site funéraire viking à Flakstad, en Norvège, contient plusieurs corps dans une seule tombe. L’analyse des restes, de leur régime alimentaire et de leur ADN, suggère que la majorité des corps étaient probablement des esclaves.

Sacrifice

De même, selon le récit d’un témoin oculaire, le voyageur du Xe siècle Ahmad ibn Fadlan, une victime féminine a été sacrifiée dans le cadre des droits funéraires d’un chef viking. Il affirme que la jeune fille a été forcée de boire de grandes quantités d’alcool avant d’être violée par la majorité des hommes du village, puis étranglée avec une corde et poignardée par une matriarche du village. Son corps a ensuite été brûlé avec celui du chef de village sur son bûcher funéraire.

Les objets funéraires

La plupart des Vikings étaient enterrés avec des biens funéraires plus ordinaires, notamment des biens matériels qui reflétaient leur profession. Il semble que les Vikings pensaient qu’ils auraient besoin d’objets pour bien vivre et confirmer leur statut social dans l’autre vie.

Les objets funéraires

Les biens funéraires comprenaient souvent des bijoux, qui étaient à la fois un symbole de statut et une source de devises en cas de besoin. Il existe des preuves qu’un forgeron était enterré avec un ensemble complet d’outils, et que les femmes étaient enterrées avec des objets utilisés pour accomplir les tâches ménagères. Naturellement, dans le cas des guerriers, les armes faisaient partie des biens funéraires.

Les armes trouvées dans les tombes vikings avaient souvent leurs lames pliées. Cela symbolisait peut-être la mort définitive du guerrier, mais était probablement aussi destiné à dissuader les pilleurs de tombes, car les lames de qualité coûtaient cher à produire.

Les zombies vikings

Les Vikings croyaient que si l’on ne prenait pas soin des morts, ils pouvaient revenir hanter les vivants sous la forme de Draugr. Ce sont les morts-vivants de la mythologie nordique et, bien que certaines histoires les décrivent comme buveurs de sang, ils ressemblent davantage à des zombies qu’à des vampires.

Les Draugar quittent leurs tombes pour entrer dans les communautés des vivants et y faire des ravages, tourmentant souvent ceux qui leur ont fait du tort dans leur vie. Ils pouvaient tuer directement, ou indirectement en rendant une personne folle. On dit qu’ils sont capables d’entrer dans les rêves des vivants pour les tourmenter.

Les zombies vikings

Si une communauté soupçonnait qu’elle était hantée par un Draugr, elle exhumait les personnes récemment décédées et examinait les corps à la recherche de signes de non-mort. Si le suspect était riche et respecté, ils l’enterraient à nouveau d’une meilleure façon afin d’apaiser son esprit. Dans le cas contraire, ils enfonçaient un pieu dans le corps du défunt afin de le clouer au sol et de lui couper la tête.

Puis-je être enterré comme un Viking ?

Si vous avez toujours rêvé d’être enterré comme un Viking, vous pouvez certainement être enterré comme un simple Viking, incinéré ou inhumé avec les objets funéraires de votre choix. Si vous avez envie d’être enterré comme un chef viking, même sans les esclaves, il n’y aura aucune chance.

Un bûcher funéraire de navire ne brûle tout simplement pas assez fort pour incinérer correctement un corps. La crémation prend jusqu’à trois heures dans une chambre de 1 400 à 1 800 degrés Fahrenheit. Si vous vous intéressez à l’incendie d’un navire en mer, plutôt inexact du point de vue historique, il ne brûlera pas suffisamment pour consumer le corps et il est probable que des morceaux carbonisés du navire et du corps seront rejetés sur le rivage. C’est pourquoi, sans surprise, cette pratique est totalement illégale presque partout

Si vous voulez un adieu dans un bateau en feu sur la terre ferme, vous pourriez peut-être le faire sur une propriété privée si le corps a déjà été incinéré par un professionnel. Il existe également des artisans qui fabriquent des cercueils en forme de bateaux miniatures pour le crématorium.

Une fête où l’on boit beaucoup d’alcool pour aider les vivants à honorer les morts et à leur dire adieu, voilà une tradition viking que nous pouvons perpétuer aujourd’hui.

Représentation de bijoux d' épée de la boutique V.K.N.G
Représentation de bijoux d’ épée de la boutique V.K.N.G

Use Code « WINTERSALE » To Get 20% OFF Whole Store

Book : Best Seller

Norse Mythology Book

Viking Watches in Precious Wood

Valknut and Bear Viking Wooden Watch
Viking Newsletter
We respect your privacy.